Consentement forcé (DPAs en Autriche, Belgique, France, Allemagne et Irlande)

Lorsqu'elles s'appuient sur le consentement comme base juridique pour traiter des données personnelles, les entreprises doivent se conformer aux exigences strictes contenues dans le GDPR. En mai 2018, le Noub a déposé quatre plaintes : en France contre Google, en Autriche contre Facebook, en Belgique contre Instagram et en Allemagne contre Whatsapp. La raison en est que ces grandes entreprises ont adopté une approche " à prendre ou à laisser ", forçant leurs utilisateurs à consentir à la fois à leurs politiques et à leurs conditions de confidentialité dans leur intégralité, afin de continuer à utiliser leurs services.

En janvier 2019, à la suite de notre plainte, la CNIL a infligé à Google une amende de 50 millions d'euros en raison de l'invalidité des mécanismes de consentement de la société. La sanction a fait l'objet d'un appel et une date d'audience devant le Conseil d'État français n'a pas encore été fixée. Les trois autres plaintes (Facebook, Instagram et WhatsApp) ont déclenché le mécanisme de coopération européenne et font toujours l'objet d'une enquête aujourd'hui. Nous suivons de près la coopération entre le DPC irlandais et ses homologues et espérons avoir des nouvelles de nos dernières soumissions dans un avenir proche.

Relevant articles