Cour suprême irlandaise : L'application Facebook a été rejetée

31 Mai 2019
Irish Supreme Court: Facebook’s application dismissed

 Communiqué de presse anglais (PDF)

>>

Dans le cadre de la procédure en cours concernant la participation de Facebook à la NSA dans le cadre du programme de surveillance PRISM devant la Commission irlandaise de protection des données (DPC) et la Haute Cour irlandaise, la Cour suprême irlandaise a statué aujourd'hui sur une demande sans précédent présentée par Facebook.

La demande de Facebook a été rejetée en substance. Bien que la Cour suprême ait conclu qu'elle avait compétence pour intervenir auprès d'un tribunal inférieur, Facebook n'a pas été en mesure de justifier la demande et la Cour suprême a décidé de ne pas prendre les mesures demandées par Facebook.

>

Informations clés

>
      Copie du jugement (PDF)
    • Affaire rejetée par la Cour suprême
    • Audition au CJUE à Luxembourg le 9 juillet
Première déclaration de noyb.euem>

Max Schrems (plaignant et président de noyb) : "Facebook a probablement investi des millions de dollars pour empêcher cette affaire de progresser. Il est bon de voir que la Cour suprême n'a pas suivi les arguments de Facebook qui, jusqu'à présent, niéaient totalement toutes les conclusions existantes. Nous attendons maintenant avec impatience l'audience devant la Cour de justice à Luxembourg le mois prochain

Arrière-plan sur le cas:

> lien vers la plainte). Il y a plus de six ans, Edward Snowden a révélé que Facebook permet aux services secrets américains d'accéder aux données personnelles des Européens dans le cadre de programmes de surveillance tels que "PRISM" (voir Wikipedia). Jusqu'à présent, le CPD irlandais n'a pas pris de mesures concrètes, malgré les demandes claires contenues dans la plainte visant à mettre fin aux transferts de données de Facebook entre l'UE et les États-Unis

L'affaire a d'abord été rejetée par le Commissaire irlandais à la protection des données (DPC) en 2013, puis soumise à un contrôle juridictionnel et à un renvoi devant la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE), qui a jugé en 2015 que l'accord dit "Safe Harbor" qui autorise les transferts de données UE/US est nul (lien au jugement dans C-362/14) et que le DPC irlandais doit enquêter sur le cas link to judgement) en 2018.

>

Dans une demande sans précédent faite par la suite, Facebook a tenté de faire cesser le renvoi en demandant à la Cour suprême irlandaise de "conseiller" la Haute Cour sur le renvoi. Les parties ne contestent pas que la Cour suprême n'a pas compétence pour annuler le renvoi de la Haute Cour

Le CJUE a annoncé la semaine dernière son intention d'entendre l'affaire (maintenant C-311/18) dans un mois le 9 juillet 2019 - environ six ans du dépôt des plaintes originales

Après un jugement de la CJUE, le CPC devrait statuer définitivement sur la plainte pour la première fois, qui serait à nouveau susceptible d'appel par Facebook ou M. Schrems devant la Cour irlandaise.

>

MakePrivacyReal

Notre travail est rendu possible grâce à plus de 3.100 membres de soutien - peut-être vous ?