Deux valent mieux qu'un ! Kurier a forcé les utilisateurs à donner leur consentement

This page has been translated automatically. Read the original or leave us a message if something is not right.
Forced Consent & Consent Bypass
 /  05 June 2024

noyb a déposé aujourd'hui une plainte au titre du règlement GDPR contre Kurier. Il y a quelques mois, les utilisateurs ont été contraints de consentir à l'utilisation de Google et d'autres cookies de suivi lorsqu'ils visitaient le site web du quotidien autrichien. Ce faisant, l'entreprise a clairement violé le GDPR, ce qui a également été confirmé par l'autorité autrichienne de protection des données : Cette dernière avait déjà interdit au magazine d'information Profil (qui fait partie du même groupe de médias) d'utiliser ce type de consentement forcé.

The logo of the Austrian daily newspaper KURIER is placed on a red background and is surrounded with cookies

Consentement forcé. Il y a quelques mois à peine, quiconque souhaitait lire un article sur kurier.at sans accepter un grand nombre de cookies de suivi était confronté à un problème insoluble : alors que le consentement était donné d'un simple clic, l'accès au site web était refusé si l'option "Decline", bien cachée, était sélectionnée. Les utilisateurs, comme le plaignant au début du mois de mars 2024, ont été contraints de consentir au suivi. Même l'option légalement requise de retrait facile n'a pas été mise en œuvre. Le système a été modifié depuis. Les utilisateurs ont désormais la possibilité de donner leur consentement ou de souscrire à un abonnement payant (Pay or Okay).

Violation répétée de la loi. Ce n'est pas la première fois que l'autorité autrichienne de protection des données (DSB) est confrontée à cette violation. noyb a déposé une plainte concernant une bannière forcée presque identique sur profil.at en 2022. À l'époque, l'ORD avait ordonné au magazine d'information d'adapter son site web et d'obtenir un consentement conforme à la loi. Cela n'a jamais été fait. Au lieu de cela, le groupe de médias Kurier, auquel Profil et Kurier appartiennent, a décidé d'étendre sa pratique à kurier.at et de contester la décision de l'autorité. Il n'y a pas encore de jugement définitif.

Des violations du GDPR sans conséquence ? Entre-temps, le groupe de médias Kurier a continué d'imposer son consentement malgré l'ordonnance de l'ORD. L'autorité de protection des données devrait donc enfin faire usage de ses pouvoirs et imposer une amende "effective, proportionnée et dissuasive". Si la deuxième infraction au GDPR reste sans conséquence, la position de l'autorité de protection des données pourrait s'en trouver durablement affaiblie.