Applications de rencontre

Les applications de rencontre gagnent en popularité, surtout après Covid-19. Les gens les utilisent cependant de manière intensive, sans savoir exactement ce qui se passe en coulisses. Des données personnelles très sensibles sont traitées, notamment des données sensibles comme la localisation des utilisateurs, leur orientation sexuelle, leur âge, leurs photos, leur date de naissance, etc. Que se passe-t-il lorsque les personnes concernées cessent d'utiliser ces applications et mettent leur compte en pause ? Avec qui les données sont-elles partagées ? Ces pratiques de partage répondent-elles aux exigences du GDPR ? Combien de temps les entreprises conservent-elles les données personnelles ?

Nous examinons comment ces applications utilisent nos données personnelles, soit en les partageant avec les courtiers en données, soit en manipulant la façon dont nous rencontrons d'autres personnes. Nous surveillons également de près si ces applications permettent à leurs utilisateurs d'exercer les droits des personnes concernées aussi facilement et aussi complètement que les politiques de protection de la vie privée le rassurent. Au cours de la première étape, nous avons travaillé avec le CNC sur un projet qui visait l'illégalité du traitement des données personnelles par Grindr. Nous prenons note des changements que nos plaintes ont apportés en si peu de temps. Nous examinons actuellement d'autres applications et la manière dont elles traitent les données personnelles des utilisateurs.

Chef de projet : Ala Krinickytė

Relevant articles