Déclaration : La DPC inflige une amende de 225 millions d'euros à WhatsApp

02 Sep 2021

Le CPD irlandais a infligé une amende de 225 millions d'euros à WhatsApp/Facebook

Communiqué de presse du DPC irlandais

Décision du DPC (expurgée)

Plus d'informations dans les premiers rapports des médias

Déclaration de Max Schrems, président de noyb.eu

M. Schrems personnellement tout noyb en tant qu'organisme à but non lucratif a un certain nombre d'affaires en cours devant le DPC, y compris sur WhatsApp et suit de près la situation au DPC irlandais depuis 2011. Dans une première déclaration, il relativise l'amende record :

"Nous saluons la première décision du régulateur irlandais. Cependant, le DPC reçoit environ dix mille plaintes par an depuis 2018 et il s'agit de la première amende majeure. Le DPC avait également proposé une première amende de 50 millions d'euros et a été contraint par les autres autorités européennes de protection des données d'évoluer vers 225 millions d'euros, ce qui ne représente toujours que 0,08% du chiffre d'affaires du groupe Facebook. Le GDPR prévoit des amendes allant jusqu'à 4% du chiffre d'affaires. Cela montre à quel point le CPD est encore extrêmement dysfonctionnel."

noyb suivra de près les prochaines étapes. Il faut s'attendre à ce que cette affaire soit maintenant devant les tribunaux irlandais pendant des années et il sera intéressant de voir si le DPC défend activement cette décision devant les tribunaux, car il a été forcé de prendre une telle décision par ses collègues de l'UE à l'EDPB :

"WhatsApp va sûrement faire appel de la décision. Dans le système judiciaire irlandais, cela signifie que nous verrons des années avant qu'une quelconque amende soit effectivement payée. Dans nos cas, nous avons souvent eu le sentiment que le DPC est plus préoccupé par les gros titres que par le travail de fond. Il sera très intéressant de voir si le CPD défend pleinement cette décision, car il a été forcé de prendre cette décision par ses homologues européens. Je pense que la DPC ne va tout simplement pas consacrer trop de ressources à l'affaire ou "régler" avec WhatsApp en Irlande. Nous suivrons cette affaire de près pour nous assurer que le DPC applique réellement cette décision."